Les Millésimes récents

Présentation du millésime 2008


Une fleur assez tardive promettait un millésime tardif. Rien n’est venu changer la destinée de ce millésime. Le mois d’août mitigé n’a pas accéléré le rythme de croissance du raisin. Début septembre, les niveaux d’acidité étaient encore très élevés. La maturation du raisin s’est alors déroulée très doucement. En septembre, un temps frais, ensoleillé et sec s’est installé après le 10 septembre. Le beau temps du mois de septembre et la patience du vigneron ont permis d’atteindre un excellent niveau de maturité phénolique (couleur et tannins) alors que les jus dans les raisins se concentraient sous le soleil et le vent, élevant les quantités de sucres mais préservant l’acidité.


La récolte était saine dans son ensemble. Cependant, quelques pieds plus tardifs accusaient un retard de maturité. Les raisins issus de ces pieds étaient difficiles à distinguer lors de la récolte manuelle. Par contre, ils devenaient très faciles à identifier sur la table de tri car ils arboraient une couleur bleu-nuit plus claire que les autres grappes.


Nous avons pris quelques kilos de ces raisins un peu « pâles » et nous les avons pressés : le degré potentiel de l’échantillon était à peine de 10° d’alcool potentiel alors que le reste de la cuvée était supérieure à 12° d’alcool potentiel naturel.

Pour préserver l’homogénéité de chaque cuvée et pour éviter d’incorporer des tanins verts inducteurs d’astringence et d’arômes herbacés, la décision a été prise d’écarter systématiquement et minutieusement tous ces raisins trop juste en maturité dès la première parcelle vendangée.


Le mois d’Août mitigé a donné à ce millésime 2008 de beaux tannins fins. L’excellent mois de septembre a donné le velouté à ces tannins et la concentration à ce millésime. L’acidité porte les vins et permet aux arômes de s’exprimer sur la fraicheur.


2008 est un millésime de rigueur dans le bon sens du terme : un millésime droit, des arômes de fruits noirs et rouges faciles à appréhender, nets, sans équivoques, une acidité bien présente, suffisamment enveloppée par l’élevage. Des tannins soyeux laisseront les plus curieux goûter le vin sur le fruit mais la patience de l’amateur fera écho à la patience de vigneron pour découvrir ce millésime dans son achèvement.


Sur le domaine, nous essayons d’évoluer par petites touches vers des vins plus riches. Nous recherchons de la pureté, de la rondeur, des tannins plus fins mais présents. Pour cela, nous portons nos efforts sur la culture de la vigne ( maîtrise des rendements, protection de la vie des sols, équilibres). La quête de maturité optimale lors de la cueillette guide nos décisions en vendanges. Des gestes toujours traditionnels mais plus précis en vinification et en élevage sont là pour vous offrir de belles bouteilles artisanales de qualité, année après année.


Le meilleur moyen de ne pas se laisser surprendre par un millésime est certainement d’avoir la volonté de mieux réussir le millésime suivant.


Présentation du millésime 2007


Le millésime 2007 ne fait pas de promesses sur l’éternité qu’il ne saurait tenir mais parle plutôt au présent : il a tout ce qu’il faut pour éveiller l’Epicurien qui est en chacun de nous. Ici et Maintenant.


La gamme aromatique est fraîche, pure, agrémentée de fruits noirs, de fleurs et relevée d’épices poivrées. Les acidités sont douces.


Les vins se sont étoffés des tannins des tonneaux, venus soutenir et sustenter les trames tanniques fines de ce millésime. Les tannins des 2007 ne sont pas des armures contrant le temps mais plutôt des armatures déjà intégrées à la matière. Ils soutiennent, édifient, façonnent mais se fondent déjà dans l’âme du vin.

Le temps pourrait pourfendre à la longue les liens tissés mais qu’importe, puisque les agapes auront emporté depuis longtemps les atours de ce millésime. 2007 n’est pas pour autant éphémère mais tout est déjà en place pour en profiter et inscrire l’instant présent : sentir, taster et grumer maintenant.


Déroulement du millésime 2007


Les mois d’avril et mai ont été très favorables au développement de la vigne, la fleur s’est déroulée fin mai, initiant ainsi la précocité du millésime. Puis, contrairement aux attentes, l’été a été frais et humide. Toutefois, le millésime a bénéficié de la luminosité des mois les plus clairs que sont juin et juillet. Un ébourgeonnage assez sévère a été réalisé. Nos vignes ont conservé un bon état foliaire durant toute la période de croissance végétative et de maturation.


Nos méthodes culturales nous permettent en général d’obtenir de bonnes conditions de maturité précoces. Une semaine de pluie est arrivée entre le 15 et le 20 août agitant une épée de Damoclès au dessus du potentiel de la récolte. Les raisins sur notre domaine avaient déjà de bonnes teneurs en sucre, dans des conditions humides propices au développement du botrytis. Il a fallu trancher.


Nous avons décidé de commencer les vendanges fin août avec une équipe réduite de moitié pour vendanger à une vitesse favorable afin de ga rantir et de préserver le potentiel sanitaire de chaque parcelle et la maturité celle-ci. Un bon compromis entre prise de risques et sagesse.


Le tri pendant les vendanges a été effectué avec patience selon les consignes répétées et réitérées aux vendangeurs dès que leur attention semblait se relâcher. Le fruit intact a été transporté à la cuverie et passé à nouveau sur la table de tri.


Nous avons supprimé sur ce millésime la pompe après l’éraflage pour conserver encore plus l’intégrité des baies et permettre des extractions tanniques sur-mesure.


Caractéristiques du millésime 2006


Les dégustations en fin de cuvaison montrent des vins flatteurs et charmeurs. Pourtant, campé sur ses acquis d’excellente maturité physiologique, ce millésime classifié un peu vite de millésime facile affiche au fil des jours des airs de fermeté et de rigueur déconcertants. Même si le 2006 est joyeux, expressif, assez ouvert, mais il n’en oublie pas pour autant d’offrir des textures et structures de qualités par lesquelles on se sent enveloppé avec confort.

 

Présentation du millésime 2006


Un hiver long, froid et enneigé… Mars humide. Mai bloque le développement de la vigne jusqu’à début juin. Après cette période de latence, la floraison explose et exalte les parfums envoûtants sur quelques jours seulement. Les semaines suivantes sont chaudes et sèches jusqu’à début août marqué par l’arrivée de précipitations. La première semaine de pluie est nécessaire, les10 jours suivants sont superflus. L’état sanitaire se détériore légèrement mais est rapidement stabilisé par le temps et un effeuillage manuel salutaires.


Vers le 12 août, nous observons avec bonheur une grande homogénéité de véraison. 80% des raisins d’une même parcelle arborent le même rose ou le même rouge. Il en est de même pour les baies de chaque raisin. L’ordre de vendanges aurait pu être quasiment déterminé dès cette date.


Le mois de septembre est sain et permet d’attendre tranquillement le début de la cueillette. Les vendanges sont réjouissantes. Les raisins triés avec soins, regorgent de sucres et présente une acidité reflétant une belle maturité. Pourtant, il est nécessaire de faire patienter quelques vignes pour obtenir des tannins plus ronds, notamment sur les Nuits Saint Georges. Le nombre de vendangeurs est réduit en conséquence afin de ne pas aller trop vite en besogne.


Caractéristiques du millésime 2006


Les dégustations en fin de cuvaison montrent des vins flatteurs et charmeurs. Pourtant, campé sur ses acquis d’excellente maturité physiologique, ce millésime classifié un peu vite de millésime facile affiche au fil des jours des airs de fermeté et de rigueur déconcertants. Même si le 2006 est joyeux, expressif, assez ouvert, mais il n’en oublie pas pour autant d’offrir des textures et structures de qualités par lesquelles on se sent enveloppé avec confort.


 

Présentation du millésime 2005


Le millésime 2005 a vu le jour dans la facilité. Un été radieux, sec et ensoleillé a permis à la vigne de donner de très beaux raisins en septembre dans des conditions sanitaires optimales sans l’ombre d’un risque.


Les vendanges ont été planifiées avec aisance pour cueillir le raisin à point, parcelles par parcelles, sans compromis ni précipitation, en suivant simplement l’avancement naturel de chaque terroir.


La qualité des raisins était parfaite : sur la table de tri, n’ont été écartés que les rares débris de feuillages. Les baies étaient riches en sucres, d’un niveau d’acidité donnant un bon indice de maturité et présentaient grâce à des peaux épaisses des quantités de polyphénols très élevées, garantes de matière et d’arômes.


Par l’élevage, nous avons tout mis en œuvre pour protéger cette belle matière et les notes fruitées et gourmandes. Les soutirages ont été raisonnés en veillant à la progression des vins au cours des fermentations malolactiques. Certains ont été soutirés pour préserver la pureté de leurs arômes, d’autres vins s’attardent encore sur lies pour atteindre leur firmament.


Le transport de la récolte a été effectué par des camions frigorifiques. Les raisins, vendangés à la caisse ont été descendus en cave climatisée. L'état sanitaire était excellent, les températures maîtrisées, l'acidité préservée, il ne nous restait plus qu'à extraire délicatement la couleur et les arômes de ce millésime.


Caractéristiques du millésime 2005


En rouge, les vins du millésime 2005 sont altiers et complets : les tanins sont mûrs, les fruits frais, concentrés de fruits rouges et noirs, se mêlent à des saveurs d’épices discrètes, quelquefois de notes chocolatées ou cacaotées, l’acidité est affirmée mais bien intégrée. Empreints de retenue jusqu’alors, ils auront besoin de plusieurs années pour se fondre et se livrer pleinement.


En phase de préparation de mises en bouteilles, les premiers assemblages de cuvées laissent entrevoir de beaux ensembles, des vins qui se déploient dans l’espace et trouvent exactement leur dimension en toute plénitude, avec assurance et ferveur, scintillants sur le plan aromatique, généreux dans leur matière et d’une architecture aimable mais solide.


En blanc, les vins sont précis et généreux, fruités et déjà agréables à consommer. Pour le Bourgogne Hautes Côtes, par la préparation de mise en bouteilles, nous avons cherché à dégager plus d’élégance et à affiner la trame du vin.

 

Présentation du millésime 2004 ou le retour au classicisme

Après l’année 2003, nous pensions trouver un millésime plus facile à travailler.

Mais, dès la floraison, nous avons pris conscience que 2004 allait nous demander quelques efforts complémentaires. En effet, la floraison engagée début juin, s’est étalée sur deux à trois semaines selon les vignes. Cela laissait présager une maturité disparate d’une parcelle à l’autre, une hétérogénéité entre les différents ceps, entre les différentes grappes et même à l’intérieur d’une grappe.

L’été 2004 a ensuite monopolisé toute notre énergie. Une grande attention a été portée aux traitements phytosanitaires contre l’oïdium et le mildiou. Ce suivi a permis de garder les raisins exempts d’oïdium, un feuillage intact jusqu’aux vendanges et des conditions sanitaires satisfaisantes dans chaque parcelle. En août, nous sommes passés trois fois dans les vignes pour enlever les raisins qui étaient marqués par un retard de véraison.

Grâce aux vendanges manuelles que nous avons toujours pratiquées au Domaine, nous avons pu faire un tri efficace et écarter les raisins de qualité insuffisante.

Les vins après fermentation alcoolique présentaient une acidité malique élevée malgré une période de maturation du raisin supérieure à 100 jours (environ 106 jours d’après nos notes). L’élevage a été marqué par une adolescence tumultueuse. Les fermentations malolactiques ont été longues à se déclarer. Mais grâce à ce phénomène, les vins se sont enrichis par leur vieillissement sur les lies et leurs couleurs se sont bien stabilisées. Nous avons pris beaucoup de précaution pour séparer les lies un peu ingrates du bon vin. Une légère filtration a été bénéfique.

Mais l’adolescence terminée, nous trouvons avec bonheur des vins équilibrés, d’une grande fraîcheur, agréablement  acidulés et légèrement suaves, d’une structure élégante et élancée, racée. Les arômes les plus fréquents sont ceux de groseilles, de griottes, de purée de petits fruits rouges, agrémentés de quelques pointes de cassis,  de cannelles et d’épices plus fondues. Les arômes sont nets et subtils, typiques du pinot noir. Les tannins enrobés et l’acidité présente devraient lui permettre de vieillir tranquillement entre quatre et sept ans.

Nous sommes fiers d’avoir apporté toute notre attention à ce millésime et d’avoir prodigué tous les soins nécessaires à la vigne. Depuis la mise en fûts jusqu’à la mise en bouteilles, nous avons cherché à comprendre ce millésime et à l’accompagner de notre mieux.

Car exceptionnellement, c’est seulement maintenant que nous prenons la mesure du résultat de tous les efforts fournis depuis la taille 2004. Nous pouvons vous le présenter en toute sérénité maintenant que nous achevons les mises en bouteilles.

 

Présentation du millésime 2003


Millésime de challenges. Dès le passage de la fleur de la vigne, nous savions que l'année allait être précoce. La luminosité des mois de mai, juin, juillet et août a encore amplifié ce phénomène et nos premières mesures de maturité mi-août nous ont incité à nous organiser rapidement pour préparer ces vendanges hors du commun. Les vendanges ont commencé le 23 Août. Nous avons tout mis en œuvre pour refroidir les raisins avant la mise en cuve. Nos vendangeurs ont commencé tôt le matin.

Le transport de la récolte a été effectué par des camions frigorifiques. Les raisins, vendangés à la caisse ont été descendus en cave climatisée. L'état sanitaire était excellent, les températures maîtrisées, l'acidité préservée, il ne nous restait plus qu'à extraire délicatement la couleur et les arômes de ce millésime.


Caractéristiques du millésime 2003


Les vins rouges présentent des robes intenses aux couleurs soutenues. Leurs nez sont sur les fruits rouges et noirs et certains composent avec des notes florales. Grâce à l'élevage sous bois, les tannins puissants dans leur jeunesse se sont affinés, superbement arrondis et ont gagné en élégance. Ces vins charnus et inhabituels par l'ampleur de leur texture se différencient avec aisance et expriment leur terroir avec exubérance.

Les vins blancs sont intenses et puissants: ils sont d'une grande richesse aromatique alliant fruité et minéralité. Malgré les chaleurs de l'été, ils gardent pour le millésime 2003 beaucoup de fraîcheur et un niveau d'acidité satisfaisant  : ils présentent un bon équilibre.